Rechercher
  • Paolo De Angelis

Le jeûne intermittent : Ce qu'il faut savoir

Vous êtes nombreux et nombreuses à me poser la question « qu’est ce que tu penses du jeûne intermittent ? ».

C’est sous la forme d’une interview que j’ai décidé de vous présenter cette pratique à la mode.


Le jeûne intermittent c’est quoi ?


Le jeûne intermittent consiste à couper sa journée en deux périodes : une période de jeûne (on ne mange pas mais on continue de s’hydrater !) et une période où l’on peut manger.

Nous jeûnons déjà naturellement la nuit entre 6 et 10h suivant les personnes. Le jeûne intermittent ajoute une continuité à ce jeûne nocturne.

Le jeûne intermittent a pour objectif premier une perte de poids.

Il existe plusieurs type :

- Méthode 5 :2 (5 jours normaux et 2 jours de jeûne)

- Jeûne partiel (1 journée où vous consommez 25% des apports et 1 journée normale)

- Jeûne 1 jour sur 2 (1 journée sans manger mais en s’hydratant et 1 journée normale)

- Fasting (Jeûner 16h et manger sur une période de 8h)

- Etc…

Je m’intéresserai au plus connu : le « fasting ».

En quoi consiste le fasting ?

Laisser votre organisme sans apport alimentaire pendant 16h et répartir ces apports sur les 8h restantes.

La plupart des gens qui réalisent le fasting sont adeptes du 12h-20h pour manger et incluent la phase de sommeil dans la période de jeûne.

C’est un peu une copie moins « drastique » du jeûne pratiqué lors du ramadan ?

Non, car le ramadan est un jeûne religieux qui supprime tous les apports quels qu’ils soient. Lors du fasting, l’apport en eau est fortement conseillé de manière régulière (2-3 gorgées par heure) !!!

Le fasting est-il un régime ?

Pour moi, le mot idéal pour définir un régime est « frustration ». Tout mode alimentaire entraînant une frustration est voué à l’abandon.

Avec le fasting, la frontière est fine entre « régime or not régime ». Cela n’entraine aucune frustration chez vous ? Vous n’avez aucun problème de bilan sanguin et aucune fluctuation de poids ? Vous êtes capable de suivre ce rythme-là tout au long de votre vie ? Dans ce cas-là on peut parler « d’habitude alimentaire » adaptée à votre façon de vivre.

Dans le cas inverse, cela rentrera dans la case « régime ».

Pourquoi parle-t-on de « perte de poids » avec le fasting ?

Parce que le but est simple. On crée un déficit calorique en supprimant un repas sur la journée.

Si vous ne changez pas votre mode de vie et que vous diminuez vos apports, vous avez, dans un premier temps, de fortes chances de maigrir.

Il suffit donc de supprimer le petit-déjeuner par exemple ?

Ce n’est pas aussi simple. Une perte de poids doit être COHÉRENTE, ADAPTÉE à la personne et PROGRESSIVE. Si vous enlevez trop d’un coup, BINGO, on retourne dans la case des « régimes » et toute la panoplie qui va avec (effet yo-yo, frustration, perte d’eau et muscles, reprise kilos… vous pouvez voir mon article sur les régimes si cela ne vous parle pas).

Le repas supprimé n’est pas forcément le petit déjeuner (même si le plus courant). Il faut adapter en fonction de votre mode de vie (travail nocturne etc…)

Le fasting est-il déconseillé pour certaines personnes ?

La liste est longue : femmes enceintes/allaitantes, certains TCA, diabétiques, certains sportifs dont ceux qui sont en prise de masse…

Après, c’est du cas par cas et le mieux est d’en discuter avec un(e) diététicien(ne).

M’intéressant spécialement aux sportifs, je conseille une grande prudence et une alimentation testée et programmée dans leur planning. Dans le cas contraire, cela peut avoir des répercussions délétères sur l’organisme et sur les performances.

Si le fasting n’est pas pour tout le monde, il est destiné à qui ?

Comme dit précédemment, il est destiné à ceux qui n’y voient aucune frustration.

Quelques exemples de personnes pouvant (attention ne pas faire de généralités) apprécier ce type d’alimentation :

- Ceux qui ne prennent jamais de petit déjeuner et qui n’ont pas de variation de poids ou autres problèmes de santé.

- Ceux qui ne compensent pas en grignotant ensuite.

- Surtout ceux qui maîtrisent déjà leur ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE.

Donc si les calories sont présentes dans les 8h on est bon ?

Oui et non (pénible ce diététicien).

Oui si l’équilibre alimentaire est respecté en terme de QUALITÉ, en terme de QUANTITÉ et en terme de répartition.

Non si les points précédents ne sont pas respectés et que votre total calorique correspond à 5 burgers + boissons sucrées + bonbons + viandes grasses…

Est-on obligé de consulter un professionnel avant d’essayer le fasting ?

Non (mais je le conseille fortement). Chacun est libre d’essayer ce que bon lui semble. De plus, certaines précautions sont à réaliser auparavant : avoir un bon bilan sanguin, pas de pathologies qui pourraient être aggravées… voir avec votre Médecin.

A vous d’essayer et de voir si cela vous convient ou non 😊

Personnellement j’encourage mes patients à prendre un petit déjeuner et/ou une collation le matin car cela concorde avec leur mode de vie et leur dépense énergétique (travail, sport… le matin).

Doit-on faire le fasting tous les jours ou une fois dans la semaine ? La régularité est-elle conseillée ?

Lorsque vous adoptez un mode de vie alimentaire, votre corps et plus précisément votre « métabolisme » s’adapte. Votre métabolisme c’est toutes les réactions qui se produisent au quotidien dans votre corps pour assurer votre survie (fonctionnement des organes des fonctions primaires…). Il aime la régularité pour pouvoir se réguler et cela vaut surtout dans les apports.

Si vous décidez de pratiquer le jeune intermittent tous les jours, voyez cela comme un mode de vie et restez sur ce schéma d’alimentation.

Si vous décidez de l’inclure une fois par semaine, choisissez un jour précis afin d’éviter de rajouter des stress à votre corps.

L’alternance 1 jour sur 2 ou sur 3 peut provoquer un dérèglement pour votre organisme.

Il parait que de jeûner ferait du « bien » à notre corps, est-ce vrai ?

Le débat sur les bienfaits du jeûne est loin d'être unanime. On manque encore de preuves scientifiques et son utilisation abusive par les influenceurs qui généralisent des informations qui ne doivent pas l'être, n'aide pas à faire avancer le débat.

D'un côté, le jeûne aurait quelques vertus : rééquilibrage acido-basique, réduction des inflammations dues à la digestion… il aiderait à nettoyer le corps de toutes les choses nocives du quotidien (pollution, déchets alimentaires…).

D’un autre côté, rester pendant une longue durée sans manger met votre corps en état de stress métabolique (pas le fameux stress que vous ressentez avant un examen, mais un état de mal être physiologique interne qui ralentit le bon fonctionnement de votre métabolisme).

Vous ne deviez pas donner votre avis ?

Comme vous avez pu le lire dans cet article, je n’ai pas d’avis tranché sur ce sujet (contrairement aux régimes), car aucun groupe alimentaire n’est supprimé.

Si vous n’avez pas de frustration et que tout ce que l’on a dit précédemment est respecté, alors cela pourrait convenir (encore une fois, cas par cas).

Je ne parle QUE du fasting 16 : 8. Il serait trop facile de faire des raccourcis concernant toutes les déclinaisons qui existent.

Je rappelle qu’un fasting mal réalisé peut entrainer des conséquences proches de celles des régimes.

Il est bon de savoir que la solution en diététique n’est jamais manichéenne (tout noir ou tout blanc). Il y a de nombreuses nuances possibles suivant le contexte et la personne. Par exemple, si vous ne pouvez pas prendre de petit déjeuner le matin, une collation quelques heures après dans la matinée (heure cohérente en fonction du repas) peut être envisageable.

Un petit mot de fin ?

On aime mettre des mots cinglants et se retrouver dans des cases : « je suis végétarien » « je pratique le fasting » … ces pratiques étaient déjà mises en places naturellement par de nombreuses personnes auparavant. Le tout est d’écouter votre corps… et un peu des fois votre diététicien. 😉

Prenons soin de notre corps, c’est le seul endroit où nous demeurons toute notre vie

Paolo DE ANGELIS

Diététicien-Nutritionniste

0 vue